L’histoire de la cuisine française

La cuisine française est le reflet de la société française et particulièrement de son élite. La période la plus bénéfique pour la cuisine française est le XIX siècle et aura une influence mondiale dans le milieu de la gastronomie. Comme celle des autres pays qui constituent l’Europe, la cuisine française trouve ses sources principalement dans la culture alimentaire romaine. Cette affirmation est cependant à prendre avec des “pincettes”. D’un côté, car l’archéologie récente, et particulièrement avec les fouilles qui ont été réalisées sur le site de Bibracte faites depuis 1984. Les recherches montrent que nous savons très peu de chose sur les modes d’alimentation en Gaule. D’un autre côté, car les recherches montrent que la cuisine française n’est pas aussi associée à la cuisine romaine, de par les modes de préparations, les ingrédients et, également de par les recettes que les chercheurs ont pu reconstituer.

Avec les nouvelles grandes découvertes, de nouveaux aliments sont apparus en France, notamment : la dinde, le chocolat, le café, le thé, la pomme de terre, la tomate, la courge, la courgette et bien d’autres… Au XVII siècle, les cuisiniers, présentent un certain intérêt pour les légumes. Au cour de ce siècle, les fruits sont tendance, ils sont consommés frais ou sous la forme de fruits confits et, sont présentés en fin de repas. Ils sont également consommé sous la forme de confiture, compote, marmelades ou gelée. À travers les nouveaux aliments en France au XVIII siècle on peut citer la crème chantilly et la mayonnaise.

La chute de l’ancien régime

La chute de l’ancien régime a permit l’apparition des restaurants. C’est avec la révolution que les chefs laissés sans patrons se mettent à ouvrir des restaurants et servent des bouillons. Boulanger est le pionnier suivi par Antoine Beauvilliers. Doucement, les restaurants trouvent leur place au sein de la population et un nouveau métier se crée : critique gastronomique.

La littérature gourmande

La première littérature va se développer avec par exemple la “physiologie du goût”, écrit par le gastronome Brillat-Savarin. Alexandre Dumas lui, n’hésite pas à se lancer et va rédiger son Dictionnaire de cuisine, quant à Charles Monselet il crée le premier journal gastronomique.

La cuisine française servit pendant cette époque, offre des plats raffinés et en grande quantité, ils sont servis à la française ou à la russe, cela dépend du nombre de convives. Les “Repas de société” sont fréquents et ont été initié par Louis XVI et Marie-Antoinette, des personnes importantes par leur condition y sont conviés.

Le XX siècle

Curnonsky, appelé le “prince des gastronomes” et Marcel Rouff, créent l’Académie des gastronomes afin de mettre en valeur la cuisine régionale française. La gastronomie française est alors reconnue dans le monde entier, que ce soit à table ou dans les arts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *